Water Declaration

Une version français suivra...

Peace and Friendship Alliance Red Head 2015

We, the members of the Alliance, recognize the Nation-to-Nation Peace and Friendship Treaties as the basis of our common ground, defining our responsibilities to the water and to each other, down through the generations.

We affirm that water is the dynamic and creative element that sustains all life. Water moves and flows through deep aquifers, springs, bogs, brooks, marshes, lakes, rivers and into the ocean tides throughout Wabanaki territory, to be drawn up into the clouds and fall as rain, returning to the land.

In this constant ebb and flow, water nourishes and cleanses the entire world. It makes up who we are, as well as the other living beings. We live, grow, play, work, wash, cook, drink, rest, pray and celebrate with the waters. What we do to the water, we do to ourselves.

Water is limited, and it is vulnerable. It needs to be protected, and shared freely and fairly: water is a human right. Water is not a commodity or merely a resource. It is a unique condition, a life-giver, a dynamic being with a creative power of its own unlike any other in the natural world and the human family.

We see the destruction of the environment as the destruction of ourselves. We see that any assault on the good and wellbeing of our relations in the natural world, upon our lands and our waters as an act of aggression against us.

Today, we recognize and resist the extensive abuses to water that resource industries and governments are unleashing, directly assaulting water. Some of these threats include:

  • fracking
  • tar sands
  • pipelines
  • mining
  • clearcutting and spraying in the forest
  • river dams
  • industrial wastewater dumping
  • privatizing water services
  • industrial farming 
  • coastal inundation and flash flooding from severe storms and climate change
  • nuclear power generation
  • salmon farm mismanagement
  • endangered fish habitat
  • government inaction

These abuses render water toxic, diverted, substandard, unreliable and unavailable. All of these assaults on water are abusive to the web of life, which our societies are embedded in and depend upon to survive and thrive for the next seven generations. Our children and grandchildren deserve better and need to be protected from harm.

The Peace and Friendship Alliance opposes these abuses. We are committed to restoring balance to our relationship with the water, thereby renewing our treaty responsibilities to each other as distinct nations. When we care for the water, we care for each other.

We will care for the water by building a sustainable economy that rapidly transitions away from fossil fuels to renewables, restores our forests, reduces the carbon footprint, decentralizes energy supply, and builds food security through a regional biodiverse farming sector.

We call on governments to amend their laws and regulations to accommodate the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. These laws and regulations must take into account sovereign aboriginal title of Wolastoqiyik (Maliseet), Passamaquoddy and Mi’kmaq, involving their inherent and inalienable rights, including among others their right to exercise free, prior, and informed consent and their right to participate in economic development that affects the waters in their lands. These laws and regulations must also take into account the balance of interests involving the farming sector, forestry sector, fisheries sector, renewable energy sector, manufacturing sector, as well as health services and tourism industries among others.

We, the Alliance, invite you to join in our movement – our shared consciousness – to reconnect in a sacred manner to the natural world. Our Nations will stand shoulder-to-shoulder to protect the water and secure a future for our children and our grandchildren.

This Water Declaration is made in Peace and Friendship, on the 30th of May, 2015, at the mouth of the Wolastoq (Saint John River) and the shore of the Bay of Fundy.

The Peace and Friendship Alliance
woliwon - wela’li n - thank you - merci

 

Déclaration sur l'eau : Alliance de paix et d'amitié, Red Head 2015

Nous, membres de l’Alliance, reconnaissons les traités de paix et d’amitié de nation à nation comme fondement de notre entente, définissant nos responsabilités envers l’eau et les uns envers les autres, transmises de génération en génération.

Nous affirmons que l’eau est l’élément dynamique et créatif qui est indispensable à la vie. L’eau circule et coule dans les profondeurs des aquifères, sources, marécages, ruisseaux, marais, lacs et rivières pour se jeter dans les marées de l’océan sur le territoire de Wabanaki, est aspirée dans les nuages puis tombe en pluie, pour enfin retourner à la terre.

Dans ce grand tourbillon, l’eau alimente et purifie le monde entier. Elle fait de nous et des autres êtres vivants ce que nous sommes aujourd’hui. L’eau nous permet de vivre, grandir, jouer, travailler, nettoyer, cuisiner, nous reposer, prier et célébrer. Ce que nous faisons à l’eau, nous le faisons à nous-mêmes.

L’eau est une ressource limitée et vulnérable. On doit la protéger, la partager librement et équitablement : l’accès à l’eau est un droit humain. L’eau n’est pas qu’une marchandise ou une simple ressource. Elle est une créature à part, dynamique et source de vie, et elle a un pouvoir créatif unique en son genre qui la différencie de tous dans la nature et la famille humaine.

Pour nous, la destruction de l’environnement équivaut à la destruction de la race humaine. Pour nous, toute attaque envers l’harmonie de nos relations au sein de la nature, nos terres et nos étendues d’eau est une attaque envers nous tous.

Aujourd’hui, nous reconnaissons les abus importants que les industries primaires et les gouvernements commettent en matière d’eau potable, et nous y résistons. Certaines de ces menaces comprennent :

  • la fracturation
  • les pipelines de sables bitumeux
  • l’exploitation de mines
  • la coupe à blanc et la pulvérisation des forêts
  • les barrages de rivière
  • le déversement des eaux usées industrielles
  • la privatisation des services hydrologiques
  • l’agriculture industrielle
  • les inondations côtières et soudaines entraînées par les tempêtes violentes et les changements climatiques
  • la production d’énergie nucléaire
  • la mauvaise gestion de la salmoniculture
  • les dangers posés à l’habitat des poissons
  • l’inaction du gouvernement

Ces abus rendent l’eau toxique, insalubre, peu fiable, indisponible et entraînent la déviation des cours d’eau. Toutes ces agressions perturbent la toile de la vie, dans laquelle nos sociétés sont incorporées et dont elles dépendent pour survivre et s’épanouir pour les sept prochaines générations. Nos enfants et petits-enfants méritent mieux et ont besoin d’être protégés de ces terribles menaces.

L’Alliance de paix et d’amitié s’oppose à ces abus. Nous nous engageons à rétablir l’équilibre dans notre relation avec l’eau, et ainsi renouveler les responsabilités énoncées dans le traité que nous avons les uns envers les autres en tant que nations distinctes. Prendre soin de notre eau, c’est prendre soin les uns des autres.

Nous prendrons soin de l’eau en construisant une économie durable qui abandonnera rapidement les combustibles fossiles pour se pencher sur ce qui est renouvelable, rétablira nos forêts, réduira l’empreinte carbone, décentralisera l’approvisionnement énergétique et mettra sur pied une sécurité alimentaire grâce à un secteur agricole régional basé sur la biodiversité.

Nous comptons sur les gouvernements pour amender leurs lois et règlements afin de s’adapter à la Déclaration de l’ONU sur les Droits des peuples autochtones. Ces lois et règlements doivent tenir compte du titre d’autochtone souverain des Wolastoqiyik (Maliseet), des Passamaquoddy et des Mi’kmaq, en incluant leurs droits inhérents et inaliénables, y compris leur droit à exercer un consentement libre, préalable et informé, et leur droit à participer au développement économique qui touche les étendues d’eau situées sur leurs terres. Ces lois et règlements doivent également tenir compte des intérêts de tous en ce qui concerne le secteur agricole, le secteur forestier, le secteur des pêches, le secteur de l’énergie renouvelable, le secteur manufacturier, ainsi que les industries de services de santé et de tourisme parmi d’autres.

Nous, l’Alliance, vous invitons à joindre notre mouvement, notre prise de conscience commune, afin de reprendre contact avec la nature de façon sacrée. Nos nations se serreront les coudes pour protéger l’eau et garantir un avenir pour nos enfants et petits-enfants.

Cette déclaration sur l’eau est faite dans le cadre de l’Alliance de paix et d’amitié, le 30 mai 2015, à l’embouchure de la rivière Wolastoq (rivière Saint-Jean) et la rive de la baie de Fundy.

L’Alliance de paix et d’amitié

woliwon - wela’li n - thank you - merci

 


get updates

Liquid syntax error: Error in tag 'subpage' - No such page slug