Report: Expert raises critical questions about Energy East safety in Saint John

Le français suit.

FOR IMMEDIATE RELEASE: 7 December 2015

Environmental health expert raises critical questions about Energy East’s oil storage tank and export terminal in Red Head, Saint John

SAINT JOHN – An independent expert with over 20 years experience in health and environmental risk assessment has reviewed TransCanada’s Human Health Risk Assessment, part of its Energy East project application to the National Energy Board. Uncovering critical gaps in the company’s conclusions, the report found that the risks from benzene emissions may be understated, that worst-case scenarios were not accounted for, and that there was minimal discussion of the impact of odours from the proposed infrastructure. The report concludes with a number of important questions that can be raised with TransCanada, the National Energy Board (NEB) and the New Brunswick government. 

“The human health assessments for the Energy East project are limited in scope,” says Dr. Ken Froese, the author of Environmental Health in Red Head: The Energy East Project. “TransCanada evaluates only a subset of compounds people may be exposed to and fails to adequately explain why certain reference guidelines were chosen from one jurisdiction over another.”

For example, the report reveals that TransCanada used the more lax Alberta Ambient Air Quality Objectives value for benzene (a known cancer-causing volatile organic compound, or VOC) rather than Ontario’s guidelines. (New Brunswick does not have its own guidelines.) Had TransCanada used the Ontario guidelines, its conclusion could have changed from not significant to significant health effects.

As Reuters reported, Irving recently came under fire when it was revealed that its equipment designed to minimize VOC emissions in its existing Canaport terminal was inoperative 37 per cent of the time between December 2012 and March 2015. Irving Oil is a joint venture partner with TransCanada in the proposed new Canaport Energy East Marine Terminal.

Dr. Froese was commissioned by the Council of Canadians to provide a credible examination of TransCanada’s assessment of the human health impacts of the proposed Energy East project in Red Head, Saint John. He has worked with industry, government, First Nations, and non-governmental organizations, providing senior project direction and management, writing technical reports, appearing as an expert witness, providing courtroom testimony and serving on international peer review panels.

“TransCanada justifies not evaluating worst-case scenarios by claiming that they are highly unlikely to happen. As we’ve seen with the massive tar sands crude spill into the Kalamazoo River, however, we are negligent if we don’t prepare,” says Andrea Harden-Donahue, Energy and Climate Campaigner with the Council of Canadians. “People deserve to understand the potential risks of living beside large-scale oil infrastructure.”

Scenarios not covered in TransCanada’s application include catastrophic pipeline ruptures in rural or urban areas and their effect on the health and wellbeing of the communities. Nor are catastrophic worst-case spill scenarios available for the Red Head tank farm, the marine terminal, or the pipeline connecting the two. Enbridge and Kinder Morgan were forced to evaluate worst-case scenarios during the review of their pipeline projects by the NEB.  

“TransCanada does not fully consider odours from the tank farm in Red Head and activities at the marine terminal,” says Dr. Froese. “There is a complex relationship between odours and health. Peace River, Alberta is an example of the challenges in identifying odours and their relationship with impacts on wellbeing. At least six families have abandoned their homes near heavy oil storage tanks in Peace River, experiencing symptoms such as headaches, nose bleeds and dizziness. Yet monitoring of criteria contaminants were found to be below or well below concentrations set in the Alberta Ambient Air Quality Objectives.”

“TransCanada should acknowledge that health and wellbeing impacts could occur even if regulatory guidelines are being met. And it must have plans in place to address this,” Dr. Froese adds.

The Council of Canadians has learned that TransCanada announced at a recent community liaison meeting in Saint John that they plan on doubling the capacity of the Red Head oil storage facility. This decision, in the wake of the cancelling of the Cacouna port, will see the capacity rise from 7.4 million barrels to 13.2 million barrels. The change includes larger tanks holding 600,000 barrels of oil standing six stories tall. The closest distance from a tank to a residence is allowed to be 260 metres, with the closest distance from the facility to a house being 100 metres.

Dr. Ken Froese is in Saint John presenting his findings with Red Head residents and is available for interviews on Monday, December 7.


For more information please contact:

Andrea Harden-Donahue, Energy and Climate Campaigner, The Council of Canadians
aharden@canadians.org Cell: (613) 793-5488 / Tel: (613) 233-4487 ext. 240


Questions raised in Environmental Health in Red Head: The Energy East Project:

  • Why was the Alberta guideline for benzene used rather than the more stringent Ontario guideline? 

  • An addendum to Volume 6 of the Application is referred to in the Health section. Has TransCanada completed this assessment? What is the scope of the assessment? Does it include reasonable worst-case scenarios for the Saint John oil storage tanks and marine terminal?  

  • In a June 30, 2015 letter to Gordon Dalzell, TransCanada states that a Human Health Risk Assessment (HHRA) is planned for the terminal and tank farm facilities to evaluate the aerial contaminant emissions. Is this different than the current HHRA, dated September 2014?  If so, has TransCanada completed this risk assessment?

  • Currently, a monitoring program related to human health concerns is considered unnecessary because the effects assessment concludes there will be no risks of health effects. Will TransCanada commit to developing and implementing a monitoring program that is both chemical and health-based? Such a monitoring program would ideally begin well before construction of the tank and marine facilities begin to establish a baseline of selected parameters. The company should discuss their anticipated response to future community or individual concerns. As a starting point, CASA’s guide offers various tools for tracking odour character and health symptoms, prevention and mitigation, and ongoing odour assessment tools. 

  • Will TransCanada commit to meaningful and relevant community health monitoring, beginning prior to construction if the project goes ahead? 

 -30-

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour diffusion immédiate: 4 décembre 2015

Un spécialiste en salubrité de l'environnement soulève des questions troublantes au sujet du réservoir de stockage et du terminal d'exportation pétrolière de Red Head, à Saint‑Jean

SAINT JEAN (NB) – Un spécialiste indépendant cumulant plus de 20 années d'expérience dans le domaine de la salubrité et de l'évaluation des risques liés à l'environnement s'est penché sur l'évaluation des risques pour la santé humaine (ERSH) déposée par TransCanada en lien avec la demande présentée à l'Office national de l'énergie (ONÉ) pour son projet d'oléoduc Énergie Est. Dans son rapport, il souligne d'importantes lacunes dans les conclusions du géant albertain, qui aurait sous-évalué les risques liés aux émissions de benzène, négligé de prendre en compte les scénarios de la pire éventualité et accordé peu d'importance à l'impact des odeurs émanant des infrastructures proposées. Le rapport conclut avec une liste de questions essentielles qui pourront être soulevées auprès de TransCanada, de l'ONÉ et du gouvernement du Nouveau‑Brunswick.

« La portée des évaluations des risques pour la santé humaine réalisées pour le projet Énergie Est demeure extrêmement limitée », dénote Ken Froese, l'auteur du rapport intitulé Environmental Health in Red Head: The Energy East Project (Santé environnementale à Red Head : le projet Énergie Est). « TransCanada évalue seulement un sous-ensemble de composés dangereux auxquels la population pourrait être exposée et ne justifie pas pourquoi elle a choisi les lignes directrices d'un territoire de compétence plutôt qu'un autre. »

Le rapport révèle notamment que pour le benzène (un composé organique volatil ou COV reconnu comme cancérogène), TransCanada a retenu les limites imposées par les objectifs fixés pour la qualité de l'air ambiant de l'Alberta [NDLR Alberta Ambient Air Quality Objectives], bien plus permissives que les lignes directrices de l'Ontario (le Nouveau‑Brunswick ne possède pas de lignes directrices en la matière). Si TransCanada avait retenu celles de l'Ontario, elle aurait dû modifier ses conclusions et reclasser les risques pour la santé humaine de négligeables à non négligeables.

Reuters rapportait récemment que la pétrolière Irving Oil avait fait l'objet de vives critiques lorsqu'il fut découvert que l'équipement conçu pour réduire les émissions de COV à son terminal Canaport avait été inopérant 37 pour cent du temps entre décembre 2012 et mars 2015. Irving Oil a conclu un partenariat avec TransCanada pour l'exploitation du futur terminal d'exportation Canaport Énergie Est.

Le Conseil des Canadiens a demandé à M. Froese de réaliser une analyse crédible de l'évaluation des risques pour la santé humaine réalisée par TransCanada dans le dossier du projet d'oléoduc Énergie Est à Red Head, Saint‑Jean. M. Froese a œuvré avec l'industrie, les Premières Nations et des organisations non gouvernementales. Il a conseillé des dirigeants de haut niveau en matière d'orientation et de gestion de projets, produit des rapports techniques, agi comme témoin expert, témoigné devant la cour et été membre de comités internationaux d'évaluation par les pairs.

« TransCanada explique ne pas avoir tenu compte des scénarios les plus pessimistes sous prétexte qu'il était hautement improbable qu'ils se réalisent », affirme Andrea Harden‑Donahue, chargée de campagne sur l'énergie et le climat pour le Conseil des Canadiens. « Nous avons pu constater lors du déversement massif de pétrole brut des sables bitumineux dans la rivière Kalamazoo qu'un manque de préparation équivaut à de la négligence. La population mérite de comprendre tous les risques que représente la cohabitation avec de grandes infrastructures pétrolières. »

Les scénarios de la pire éventualité n'ayant pas été abordés par TransCanada dans sa demande comprennent notamment les ruptures de pipeline en milieu rural ou urbain et leurs impacts sur la santé et le bien‑être de la population. Nulle mention également des scénarios de déversement les plus pessimistes pour le parc de réservoirs de stockage de Red Head, pour le terminal portuaire ou encore pour le pipeline qui les relie l'un à l'autre. Les grandes pétrolières Enbridge et Kinder Morgan ont été contraintes d'évaluer les scénarios de la pire éventualité de leurs projets d'oléoducs pendant le processus d'examen de l'ONÉ.

« TransCanada ne tient que partiellement compte des odeurs qui émaneraient du parc de stockage de Red Head et des activités du terminal portuaire », ajoute M. Froese. « Or, il existe un lien très complexe entre les odeurs et la santé. Peace River, en Alberta, est un bon exemple des défis liés à l'identification des odeurs et à leurs impacts sur le bien‑être des gens. Au moins six familles ont abandonné leurs maisons situées à proximité du parc de stockage de pétrole lourd de Peace River après avoir ressenti des symptômes comme des maux de tête, des saignements de nez et des étourdissements. Pourtant, les concentrations des principaux contaminants étaient conformes, voire largement en deçà des valeurs limites imposées par les objectifs fixés pour la qualité de l'air ambiant de l'Alberta. »

« TransCanada doit reconnaître que les impacts sur la santé et le bien‑être peuvent survenir même lorsque les lignes directrices sont respectées et se doter d'un plan d'intervention pour gérer ces situations », ajoute M. Froese.

TransCanada entend soumettre d'autres documents d'ici la fin de l'année. En vertu des règles en vigueur, l'ONÉ rendra une ordonnance d'audience lorsqu'il jugera la demande de TransCanada complète, donnant ainsi le coup d'envoi au processus d'examen du projet de pipeline, qui s'échelonnera sur les 15 prochains mois.

Ken Froese est à Saint‑Jean pour présenter ses conclusions aux résidents de Red Head et pour accorder des entrevues aux médias lundi le 7 décembre.


Renseignements :

Andrea Harden-Donahue, chargée de campagne sur l'énergie et le climat, Conseil des Canadiens
aharden@canadians.org / 613 793-5488 (cell.) / 613 233-4487, poste 240


Questions soulevées dans le rapport intitulé Environmental Health in Red Head: The Energy East Project

  • Pourquoi avoir utilisé les lignes directrices de l'Alberta pour mesurer les émanations de benzène plutôt que celles de l'Ontario, plus strictes?

  • Dans la section « Santé » de la demande, il est question d'un addenda au volume 6. TransCanada a-t-elle réalisé cette évaluation? Quelle est la portée de cette évaluation? Contient-elle des scénarios raisonnables de la pire éventualité pour le parc de réservoirs de stockage de Saint‑Jean et pour le terminal pétrolier?

  • Dans une lettre datée du 30 juin 2015 adressée à Gordon Dalzell, TransCanada affirme qu'une évaluation des risques pour la santé humaine (ERSH) est prévue pour les installations du terminal et du réservoir de stockage afin d'évaluer les émissions de contaminants atmosphériques. S'agit-il d'une évaluation différente de celle déjà versée au dossier, datée de septembre 2014? Dans l'affirmative, TransCanada a-t-elle terminé cette dernière évaluation des risques?

  • À l'heure actuelle, un programme de surveillance relatif aux préoccupations en matière de santé humaine est jugé inutile étant donné que l'évaluation des effets indésirables a conclu que le projet ne présentait aucun risque potentiel d'effets indésirables sur la santé. TransCanada s'engagera-t-elle à élaborer et à mettre en œuvre un programme de surveillance et de gestion des risques chimiques et sanitaires? Un tel programme de surveillance commencerait idéalement avant la construction du parc de stockage et du terminal pétrolier afin de disposer de données de référence pour évaluer les paramètres sélectionnés. TransCanada devrait discuter des mesures qu'elle compte prendre pour répondre aux préoccupations futures de la collectivité et des particuliers. Comme point de départ, CASA offre un guide proposant une gamme d'outils pour assurer un suivi des différentes caractéristiques des odeurs et des symptômes associés aux odeurs ainsi que des mécanismes de prévention, d'atténuation et d'évaluation permanente des odeurs.

  • TransCanada s'engagera-t-elle à implanter un système significatif et pertinent pour assurer un suivi de la santé de la population, en débutant avant la construction si le projet va de l'avant?

 

-30-


get updates

Liquid syntax error: Error in tag 'subpage' - No such page slug