Energy East faces growing opposition at the #EndOfTheLine

Red Head March

Une version français suivra...

Saint John – Hundreds gathered today in the small rural community of Red Head, near Saint John, New Brunswick, to draw a line on the shores of the Bay of Fundy against the encroaching Energy East pipeline. While New Brunswick is often considered the centre of support for TransCanada’s proposed pipeline, the event brought together people from all over the province, as well as Nova Scotia, Quebec, Prince Edward Island and Maine, concerned about the impacts of the 1.1 million barrel per day pipeline project.

“We live directly below the proposed tank farm, and I cannot help but think of the worst case scenario with a fire or spill,” said Joe Mahabee, Red Head resident and member of the Red Head Anthony’s Cove Preservation Association. “We know the way gravity works. We are directly in the path and there is only one road out. This project would destroy our peace and serenity.”

The local volunteer-run Red Head Anthony’s Cove Preservation Association coordinated the family-friendly event. The full day included a colourful march featuring banners listing waterways at risk from an Energy East spill, a smoke ceremony, and a water declaration. Participants linked arms to form a symbolic “line in the sand” and listened to speeches and performances from well-known New Brunswick artists including Jesse Cox and the Hubert Francis Band.

The Energy East project would see a massive oil storage facility housing 7.8 million barrels built across the street from homes in Red Head. TransCanada would also partner with Irving on a new deep sea water port capable of loading at least 115 large tankers a year, exporting oil to places like the U.S., Europe and India.

“We simply don’t know what impact the existing terminal, tank farm and refinery have had on residents living in East Saint John,” said Inka Milewski, Independent Researcher and Science Advisor with the Conservation Council of New Brunswick. “What we do know is that lung cancer rates among Saint John residents are more than 40 per cent higher than either provincial rates or rates in Fredericton and Moncton. It would be imprudent to have any further expansion of crude oil transportation, storage or processing in Saint John until the impact of current emissions on human health is properly assessed.”

Ron Tremblay, a member of the Maliseet Grand Council and newly formed Peace and Friendship Alliance said, “We, the members of the Alliance, recognize the Nation-to-Nation Peace and Friendship Treaties as the basis of our common ground, defining our responsibilities to the water and to each other, down through the generations.” The Alliance, which presented a water declaration committing to restoring balance in our relationship with water and opposing threats including the Energy East pipeline, brings together non-governmental organizations, residents and Indigenous peoples from New Brunswick, Nova Scotia, and Maine.

The pipeline would traverse over 300 waterways in New Brunswick and would transport diluted bitumen, which presents heightened risks of sinking when spilled.

The Bay of Fundy has the highest tidal range in the world. Along with its infamous fog, it attracts tourists from across the globe. In 2009 it was a finalist for the New 7 Wonders of Nature. It is home to thriving fishery and tourism economies, creating at least 10,000 good jobs. The critically endangered North Atlantic right whale summers in the Bay and is already vulnerable to ship strikes and low-frequency ship noise. A toxic spill or increased pollution would have long-term consequences with no guarantee of adequate clean-up.

Filling the export pipeline would allow an almost 40 per cent increase in tar sands production and would generate more pollution than any single Atlantic province currently emits.

-30-

For More Information:

Angela Giles, The Council of Canadians (902) 478-5727
Leanne Suttton, RHACPA  (506) 657-6721
Lynaya Astephen, RHACPA  (506) 653-7959

www.noenergyeastNB.ca #EndOfTheLine #2riskEE #StopEnergyEast



Énergie Est suscite de plus en plus d'opposition à l'autre #boutdelaligne

SAINT JOHN – Des centaines de citoyens étaient rassemblés aujourd'hui dans la petite municipalité rurale de Red Head, près de Saint John, au Nouveau Brunswick, pour manifester leur opposition au pipeline Énergie Est en traçant une ligne sur la plage qui borde la baie de Fundy. Souvent considéré comme le noyau dur du soutien au controversé projet de TransCanada, le Nouveau-Brunswick a vu des citoyens de toute la province ainsi que de la Nouvelle-Écosse, du Québec, de l'Île-du-Prince-Édouard et du Maine affluer à Red Head pour exprimer leurs préoccupations devant les impacts inévitables du projet de pipeline destiné à transporter 1,1 million de barils par jour.

« Nous vivons littéralement en contrebas du parc de réservoirs de stockage, et je ne peux m'empêcher d'envisager le scénario du pire : un feu ou un déversement », de noter Joe Mahabee, résident de Red Head et membre de l'association de Red Head pour la préservation de l'anse Anthony. « Nous connaissons tous le principe de la gravité. Nous sommes situés en plein sur le parcours et il n'y a pas d'autre chemin pour sortir. Ce projet anéantirait notre paix et notre sérénité. »

L'événement à caractère familial était organisé par l'association locale bénévole de Red Head pour la préservation de l'anse Anthony (RHACPA). Le programme de la journée comprenait une marche haute en couleur lors de laquelle les participants ont brandi affiches et banderoles portant le nom de cours d'eau ou de plans d'eau menacés par un éventuel déversement d'Énergie Est, une cérémonie du calumet et la production d'une déclaration sur l'eau. Les participants ont formé une chaîne humaine pour tracer une ligne symbolique dans le sable en signe de désaccord avec le projet. La foule a pu entendre les discours de divers opposants et assister à un spectacle offert par des artistes bien connus au Nouveau Brunswick, dont Jesse Cox et l'Hubert Francis Band.

Le projet Énergie Est se traduirait par l'implantation d'un énorme parc de réservoirs de stockage de 7,8 millions de barils de pétrole de l'autre côté de la rue où habitent des résidents de Red Head. TransCanada a également prévu un partenariat avec Irving pour la construction d'un nouveau port en eau profonde ayant une capacité de chargement minimale de 115 pétroliers par année pour exporter le pétrole vers les États-Unis, l'Europe ou l'Inde.

« Nous n'avons aucune idée des impacts du terminal existant, du parc de réservoirs et de la raffinerie sur les résidents de Saint John Est », a déploré Inka Milewski, chercheuse indépendante et conseillère scientifique auprès du Conseil de la conservation du Nouveau Brunswick. « La seule chose que nous savons est que le taux de cancer du poumon chez les résidents de Saint John dépasse de plus de 44 % celui de la province ainsi que ceux de Fredericton ou de Moncton. Il serait imprudent de poursuivre l'expansion du transport, du stockage ou du raffinage de pétrole brut à Saint John jusqu'à ce que les impacts des émissions actuelles sur la santé fassent l'objet d'une évaluation plus poussée. »

Ron Tremblay, membre du Grand conseil malécite et de la nouvelle Alliance de paix et d'amitié a déclaré : « Nous, membres de l'Alliance, reconnaissons les traités de paix et d'amitié de nation à nation comme fondement de notre entente, définissant nos responsabilités envers l'eau et les uns envers les autres, transmises de génération en génération. » L'Alliance, qui a présenté une Déclaration sur l'eau au titre de laquelle les membres s'engagent à restaurer l'équilibre de notre relation avec l'eau et à faire front commun contre les menaces comme le pipeline Énergie Est, réunit des organisations non gouvernementales, des résidents et des peuples autochtones du Nouveau Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et du Maine.

Le pipeline traverserait plus de 300 lacs et rivières au Nouveau-Brunswick pour transporter du bitume dilué, un type d’hydrocarbure qui coule au fond de l'eau lorsqu’il est déversé sur un plan d’eau.

La baie de Fundy est reconnue pour avoir les plus hautes marées du monde. Enveloppée d'une brume légendaire, elle attire des touristes de partout sur la planète. En 2009, elle fut finaliste au concours visant à identifier les sept merveilles du monde moderne. Les économies de la pêche et du tourisme y sont florissantes et assurent plus de 10 000 bons emplois. La baleine noire de l'Atlantique Nord – une espèce gravement menacée de disparition qui estive dans les eaux de la baie de Fundy – est déjà vulnérable aux collisions avec les navires et à leurs bruits à basse fréquence. Un déversement toxique ou l'augmentation de la pollution aurait des conséquences à long terme et rien n'existe pour garantir un nettoyage adéquat.

Le simple fait de remplir l'oléoduc Énergie Est se traduirait par une hausse de plus de 40 pour cent de la production issue des sables bitumineux et générerait un niveau de pollution supérieur à celui actuellement produit par une seule province de l’Atlantique.

-30-

Renseignements :

Angela Giles, Le Conseil des Canadiens 902-478-5727
Leanne Sutton, RHACPA  506-657-6721
Lynaya Astephen, RHACPA  506-653-7959

www.noenergyeastNB.ca #boutdelaligne #lamenaceÉnergieEst #NonàÉnergieEst

The End of the (pipe)Line
  • published this page in Updates 2015-05-29 12:04:29 -0400

get updates

Liquid syntax error: Error in tag 'subpage' - No such page slug